jeudi 17 février 2011

De l’usage des outils de messagerie instantanée en entreprise


Hello mes petits clous !

Je sais, vous kiffez mon titre sexy.

Non, ceci n’est pas un billet geek. Presque pas. Et il ne donne donc pas des statistiques mondiales actualisées avec comparatifs et benchmarks à la clé, ni des diagrammes avec des belles couleurs et de la 3D (je sens la déception, palpable, dans l’assistance).

Par contre, je vais vous parler de mon expérience, que je vais étendre sans vergogne à l’ensemble de la population. Oui, car finalement, je représente l’utilisateur lambda, pas complètement neuneu mais pas non plus bidouilleur de génie. Appelez-moi Dieu (on va faire comme si il existait, 2 minutes).

Depuis quelques années, nous avons la possibilité, en sus des mails, du téléphone, du courrier, des éventuels réseaux sociaux internes à l’entreprise, de la machine à café et de la cantine, d’échanger avec nos collègues via messageries instantanées, ce qui nous permet de nous fixer RV au café, de nous dire « je t’appelle », ou « je t’ai envoyé un mail ».
Fort utile, comme vous le voyez.  
On va se la jouer manière Pif Gadget (et là, je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître) pour faire un petit tour d’horizon des avantages et des inconvénients de ces outils.

Glop :
A l’origine, le déploiement de ces outils devait permettre de réduire le volume de mails inutiles.

Pas glop :
Comme on le sait, ce que les experts prévoient tombe souvent à côté de la plaque. Y a qu’à voir le second tour de la présidentielle de 2002, la crise économique actuelle, ou le succès de Lorie.

Très vite, les administrateurs se sont rendu compte que non, ça ne réduisait en rien le volume des mails. En effet, on ne dit pas la même chose, par messagerie instantanée, et par mail. La messagerie instantanée (aussi appellée clavardage au Québec [parenthèse sponsorisée par Wikipédia]) s’apparenterait plutôt au téléphone, avec le gros avantage d’être silencieuse, et de pouvoir rajouter des smileys, des fichiers, des lol, ou autre.

Glop :
On peut soutenir jusqu’à 3 ou 4 conversations en même temps avec des interlocuteurs divers, sur des sujets totalement différents. Essayez de faire ça au téléphone.

Pas glop :
Evidemment, au bout d’un moment, on se plante, et on se retrouve à écrire « à tout de suite, bisouXXX xoxo lol» à son directeur, qu’on venait tout juste de réussir à convaincre qu’on était débordé.

Glop :
Dans la plupart de ces outils, il existe une gestion des statuts des personnes. On sait quand elles sont disponibles, dérangeables, absentes... Ces statuts sont personnalisables, et peuvent être modulés en fonction des interlocuteurs (par exemple, on veut bien être dérangé par son équipe, mais pas par quelqu’un d’autre). Un peu complexe à paramétrer, mais super pratique.

Pas glop :
Vu que les statuts sont paramétrables, forcément, on peut les bidouiller. Par exemple, se mettre en « absent » alors qu’on est derrière son poste. J’en connais au moins 3. Et j’en soupçonne d’autres. Ou alors, ils sont super occupés en réunion toute la journée, TOUS les jours.

Glop :
Dans certains cas, on peut positionner des « mouchards » qui nous renseignent lorsque le statut d’une personne devient « disponible ». Et hop, on la choppe. Sachant que les personnes hésitent plus à répondre par messagerie instantanée qu’au téléphone, parce que justement on peut savoir si elles sont devant leur écran...

Pas glop :
Les mouchards peuvent aussi être posés sur ton statut, et en plus, de manière détournée, ils peuvent servir à fliquer les gens (savoir à quelle heure untel ou untel arrive, par exemple) . C’est un poil limite niveau liberté individuelle, quand même. Surtout pour la mienne.

Glop :
On peut discuter tranquillement et sans risque avec n’importe qui.

Pas glop :
On est parfois amené à dire des trucs qu’on n’aurait jamais osé dire en face, clavier et anonymisation de l’écran oblige. Sauf que les personnes à qui on parle, sont celles qu’on croise ensuite dans les couloirs. Avec n’importe qui, donc, mais pas n’importe quoi.

Glop :
Il est évident que les messageries instantanées favorisent fortement les relations amicales (et amoureuses, sans aucun doute) au bureau. C’est extrêmement pratique pour lancer des vannes silencieuses et des private jokes, ce qui produit immanquablement le célèbre phénomène du « je glousse tout seul derrière mon écran, et j’ai l’air d’un con»

Pas glop :
Un tel outil ne laisse pas réellement de trace écrite. Il arrive donc que certaines personnes se lâchent, et je connais des cas de personnes qui se sont fait injurier par clavardage. 
Moche.

En conclusion, j’adore ces outils, mais pour être honnête, ils doivent me servir environ à 30% directement pour le boulot, et à 70% à favoriser les relations inter-individuelles dans l’environnement de travail...

OK, à papoter, quoi.

Et vous ?

A bientôt mes petits clous !


8 commentaires:

lili la baleine a dit…

Absolument pareil pour moi ! je l'utilise pas vraiment pour le boulot mais plutot pour décompresser ! mais indirectement un travailleur qui a décompressé est un travailleur qui va mieux travailler non ?! :D

Flooe a dit…

100% perso...:D:D
j'ai Gtalk et Msn online all day ! avant j'avais aussi la messagerie FB mais plus de FB au taff...

et malgré ça...on arrive à échanger plus de 100 mails par jour avec un groupes de potes...vive les mailing list et le reply to all !!!

sinon je ne suis pas accro c'est pas vrai !!!

Eric a dit…

Vive les relations inter-individuelles dans l’environnement de travail...
A quand des statistiques sur le nombre de projets qui ont abouti grâce à cet informalisme ?
Je suis certain que tu as des exemples en tête.

Mariedk a dit…

Heureusement que nous ne prévoyons pas d'employer des salariés car je ne pourrais pas leur donner accès à tous ça sachant que ce serait me condamner à les rémunérer à taux plein pour ne travailler qu'à temps partiel... Ceci dit, dans les boîtes dans lesquelles j'avais accès à ces outils, je ne m'en suis pas privé non plus.

MissBroWnie a dit…

Il n'y a pas encore ça à mon boulot mais c'est en discussion ... parce que manque de communication entre les services.

Le Journal de Chrys a dit…

Pas du tout le temps d'être sur le net pendant mes heures où je suis au boulot, c'est à dire de 8h30 à 17h15...

Valérie a dit…

@Lili: bien sûr. Un travailleur heureux à son poste travaille mieux. (je ne suis qu'à moitié ironique, en fait).

@Flooe: ah oui mais tu parles de MSN et autre... ça compte pas.. Là je parle des outils internes à l'entreprise :D

@Eric: Ca aide, dans certains cas. Mais ça dépend beaucoup du profil de la personne en face (et en particulier, de son âge...)

@Marie: COmme je le disais, c'est un outil interne, on ne peut contacter que les salariés du groupe. Je pense que dans ton cas, l'intérêt serait limité !

@MissBrownie: Ca ne résoudra pas tout. Mais ça aide...

@Le Journal de Chrys: Mais rien à voir avec internet! C'est interne!

Flooe a dit…

ben....on utilise MSN dans ma boite... lol :p :p

Enregistrer un commentaire