lundi 13 février 2012

Boule de poils

Bonjour les petits clous!

Il y a quelques semaines mois (oui, OK, j’ai un peu laissé le blog de côté ces derniers temps), dans mon jardin ,et fort opportunément car en pleine crise de Schtroumpf Gourmand un matin à 8h16, nous avons vu déambuler un hérisson.

C’est le genre d’animal qu’on voit souvent mais plutôt en version carpette sur les routes, et généralement assez peu identifiable.

Vivant, c’est plutôt rare, par chez nous.

Du coup, je me suis dit, tiens, une bonne occasion de faire un article sur la vie merveilleuse des animaux, ça faisait un bail.

Alors, je vous connais, vous imaginez déjà, attendris, une petite bouille en forme de cœur, deux yeux pétillants et une fourrure pâle d’une douceur de crème autour, deux oreilles rondes qui surmontent le tout et un corps en forme de boule juste de la bonne taille pour le prendre dans la main.

Vous pouvez déchanter de suite. Notre hérisson, lui, est plutôt moche. Visiblement dénutri, avec un nez allongé de musaraigne, de petits yeux chafouins enfoncés là dedans et une démarche de canard alcoolisé.

Et oui, il pourrait ouvrir un blog mode, parce qu’on plus, il a les pieds en dedans. La preuve:

Photo par Denis Defreyne


Mais bon, c’est NOTRE hérisson. Il est d’ailleurs apparu plusieurs jours de suite devant la porte-fenêtre, suffisamment pour que les enfants l’adoptent et que j’en conclue qu’il devait habiter dans le coin (c’est que, pour tout dire, je me targue d’un esprit de déduction acéré) (oui, acéré, si je veux).

Ca a été l’occasion d’une leçon de chose merveilleuse pour mes naturalistes amateurs. Enfin, surtout amateurs pour l’instant, fort peu naturalistes, sauf pour le fait de se promener à oilpé dans la maison dès qu’ils en ont l’occasion. Ah oui, naturistes, pas naturalistes, pardon, je confonds.

Déjà, je leur ai expliqué qu'il existe plein d’espèces et de sous-espèces et de types différents de hérissons qui vivent un peu partout dans le monde. Avec des grands ou des petits nez, de grandes ou de petites oreilles, de grandes ou de petites queues des couleurs variables (blanc, clair, marron, presque noir). Non, par contre, bleu avec une coupe à la Tokyo Hotel et des chaussures ridicules rouges et blanches, ça n'existe pas en vrai, désolée de vous l'apprendre.
Ah oui, pardon, en fait OSEF (* on s’en fout, langage de geek).

Ah si, un truc sympa. Le hérisson hiverne. Non, pas hiberne, rien à voir, ahahah, inculte va. Il HIVERNE et rentre donc en HIVERNATION. Comme l’ours. En gros, sa température ne chute pas trop et toutes ses fonctions vitales ne sont pas atteintes. L’hivernation est à l’hibernation ce que la somnolence est au coma. Il se réveille même régulièrement et va faire un petit tour histoire de se dérouiller les pattes. Mais pas trop, vu qu’il profite du confort de son petit nid douillet chauffé entre 1 et 5° l’hiver (ouaouh! grand luxe!).

Quand il ne dort pas... ah oui, parce qu’il faut que je vous dise. En fait, le hérisson dort environ 18 heures par jour. Lorsqu’il n’hiverne pas, quoi, en plein été, au top de sa forme (c’est pas ça qui va nous aider à combler le déficit, entre parenthèses) (feignant, va).

Quand il ne dort pas, donc, le hérisson marche à la vitesse fulgurante de 3 mètres par minute (soit un 100 mètres en plus d’une demi-heure, je pense qu’on va baptiser le nôtre Carl Lewis) (cette blague ne fera rire que moi, les enfants ignorant qui est Carl Lewis et mon mari ne goutant pas mon humour, j’aime les very private jokes, je valide ce nom, tiens).

Et puis, il mange. Des insectes, des vers, des escargots, des limaces, des œufs (oui, bon là, j’imagine qu’il ne sait pas grimper aux arbres quand même), des fruits et des baies. Va falloir que je mette un grillage autour des fraisiers, tiens. Par contre contrairement à un idée répandue, les hérissons ne supportent pas le pain ou le lait de vache qui leurs donnent des diarrhées mortelles.

OK, mais c’est chaud de trouver du lait de hérisson quand même.

Il s'attaque parfois aux serpents. A priori, Carl Lewis devrait être plutôt tranquille côté serpents, ceci dit, dans mon jardin.

D’un autre côté, les insectes et les vers se vengent. C’est à dire qu’un hérisson est un vrai sac à puces (quand ce n’est pas pire) ambulant, vu qu’il ne peut pas se gratter. Il lui arrive même régulièrement (mais pas toujours le même, hein) d’être bouffé vivant par des asticots pondus par des mouches se sachant en totale impunité sur la bête. Sympa, je sais.

Je vais peut être investir dans du Baygon, tiens, pour la prochaine fois que je mets la main sur Carl, s'il se réveille un jour.

Enfin, mettre la main, façon de parler. Alors, oui, parce que sinon, truc important à savoir, en cas de danger, le hérisson s’immobilise, rentre ses épaules et redresse ses piquants. Incroyable, n'est-ce pas. Oh oui, genre, vas y , fait ton premier de la classe, tu le savais déjà, c'est ça? Alors, l’utilité de rentrer ses épaules m’a quelque peu échappé aussi dans le processus, je dois avouer.

Ensuite, si on le touche, il se roule en boule. Ce qui, on le sait, est d’une redoutable efficacité contre un pneu Michelin. ou Good Year. Ou Pirelli.

Bon, passons à ce qui vous intéresse, le sexe. Et bien, ça reste assez classique.

Déjà, contrairement à ce qu’on croit, le hérisson n’est absolument pas attiré par les éponges Spontex. En effet, un mâle courtise toute femelle rencontrée sur son chemin (il faut dire qu’à 3 mètres par minute, il doit pas en rencontrer des tonnes non plus, autant mettre toutes les chances de son côté). Les deux animaux font connaissance par une série d’attouchements de museaux ponctués de reniflements sonores.

Et là, zyva la spontex je l’ai jamais vue renifler, même sous la menace.

Donc, je suis au regret de vous apprendre, de manière aussi directe et sans détour, qu’on nous a menti. Dans une pub. Si. Je sais, c’est dur à croire.

Bon, suite à ces reniflements, soit ils se battent, soit ils repartent chacun de leur côté, soit ils décident de fonder une famille, et du coup, le hérisson mâle doit monter la femelle, ce qui peut se révéler dangereux si elle décide soudain qu'il y a du danger dans le coin alors que monsieur est en pleine action.

Il doit y avoir un paquet de mâles hérissons châtrés, ceci dit.

Cinq à six semaines après, la femelle met bas de 4 à 7 bébés hérissons. Ceux-ci ne portent pas d’épines à la naissance (et là, je dis, la nature est bien faite, quand même, rapport à l’accouchement, tout ça), et puis, en quelques heures, leurs dos se recouvrent d'une centaine d'épines blanches, molles et non piquantes, qui tombent ensuite pour laisser la place aux véritables épines. Les bébés quittent le nid un mois et demi après pour vivre leur vie de hérisson, c’est à dire dans la majorité des cas se faire boulotter par une bestiole quelconque ou écraser sur une route, voir finir à la casserole, ce qui est interdit, je le rappelle au passage.

Tiens, d’ailleurs, la preuve:
Le hérisson bénéficie d'un statut de protection total par l'arrêté du 17 avril 1981. Il est donc interdit en tout temps et sur tout le territoire français, de détruire, capturer ou enlever, de naturaliser, qu'il soit vivant ou mort, de transporter, d'utiliser, de commercialiser le Hérisson d'Europe.
 (Bon, quelque part, le concept de naturalisation VIVANT du hérisson me laisse pantoise. )


Ah oui, sinon, le hérisson possède une coutume mystérieuse dont personne n’a encore réussi à percer le secret: il se lèche. Alors, soit il se prend pour un chat qui se lave mais il est un peu mongolien quand même (et en plus, ça fait mal à la langue), soit il a une autre raison (une salive antipuces? des phéromones sexuelles pourrr le rrrendre irrresistiblé, ma qué? ).

Toute suggestion est la bienvenue.

A bientôt les petits clous!

6 commentaires:

Eric a dit…

Moi aussi j'en ai un autour de ma maison. Je le vois très régulièrement qui se promène. Sauf en ce moment (-10° depuis 2 semaines, ceci explique cela...).
Les enfants l'adorent. L'année dernière il était tombé dans une tranchée creusée par EDF. Pour le sortir ce fut épique. Finalement je l'ai pris entre 2 planches.

georges a dit…

youhouuuuuuu ! ma rubrique préférée est de retour ! et vas y que je vais pouvoir étaler ma culture en hérisson dans les soirées naturalistes ! ;-)

Mariedk a dit…

Si ton hérisson s'est promené par ces températures polaires, c'est peut-être qu'il était à la recherche de nourriture après avoir consommé toutes ses calories en essayant de maintenir sa température malgré le froid polaire que nous avons eu ces 2 dernières semaines...
Chez nous aussi on avait une famille hérisson là où on habitait avant. Ils adoraient les croquettes de nos chats. Si tu en mets dans un bol près de là où tu l'a aperçu, tu risques de le revoir bientôt. De préférence, tôt le matin ou à la tombée du soir.
Alors il parait aussi que les hérissons adorent l'odeur du tabac et qu'ils se roulent sur les paquets de cigarettes vides mais je n'ai pas vérifié par moi-même...
Merci encore pour ce bel article qui m'a encore appris des trucs intéressants et tant pis pour le mythe de la Spontex... ;)

Recrafteur a dit…

Rapport au hérisson qui se lèche, je pense que la réponse est "ton frère".

Je m'explique : s'il se lèche, c'est qu'y s'nettoie. Et si s'nettoie, c'est donc ton frère. CQFD

En encore merci pour cette belle leçon de chose.

Anonyme a dit…

Moi j'aime pas les hérissons, mais bon je suis quand même spécialiste sur la question. La preuve ? Au boulot / à la maison tout le monde en a marre que je me mette trop rapidement en boule. Quoiqu'il en soit, si ton hérisson se lèche c'est normal et ce n'est pas sale. C'est un comportement appelé "auto-onction" qui sert entre autre à attirer les femelles ou à rendre les piquants plus piquants ... ce qui attire aussi les femelles ...quoique.
Le Schtroumpf grognon en mode "en boule"

gigi a dit…

merci pour la barre de rire!

Publier un commentaire