mardi 15 mai 2012

La mort expliquée aux enfants

Hello les petits clous !

J’ai beau être une mère moyenne dans certains domaines, genre (en vrac) apprendre à faire du vélo, jouer au football, m’intéresser aux tournois de beyblade, organiser des goûters d’anniversaire avec location de poneys (c’est qu’on peut pas tout faire, ma bonne dame), j’essaie de répondre aux questions des enfants, même les plus dérangeantes, de la manière la plus honnête possible. I know, I’m a goddess.

Et ceci, même lorsqu’à deux ans ( !), Schtroumpf Curieux alias number one commença à nous demander ce qu’était la mort.

A l’époque, je pensais lui avoir fait une réponse modèle à tout point de vue, genre 19/20 en diplôme de psychologie parentale, tout ça.

- Maman, il y a quoi après la mort ?
- Après la mort… euh… et bien, je ne sais pas. En fait, personne ne sait vraiment. Mais certains croient qu’on laisse son corps sur terre parce qu’on n’en a plus besoin, et que l’esprit monte au ciel. D’autres personnes pensent qu’on se réincarne, ça veut dire qu’on revient sur terre sous la forme d’un bébé qui vient de naitre, ou d’un animal. Certains pensent qu’il n’y a rien, qu’après la mort c’est fini. Qu’est-ce que tu crois, toi ?

Genre, il allait lâcher l’affaire aussi facilement.

A priori, 5 ans après, il est toujours obsédé par la chose. On a eu droit à des questions régulières, alternant avec des phases de mutisme sur le sujet, mais il faut se méfier de l’eau qui dort (et aussi, en vrac, des amis qui vous veulent du bien, des messages annonçant que vous avez gagné 4 millions de dollars zimbabwéens, et des seaux d’eau en équilibre instable sur les portes mais ça n’a rien à voir).

Pas plus tard qu’hier, j’ai eu droit à une crise à table, entre deux bouchées d’œuf à la coque (sans aucun rapport du tout du tout avec le fait que son père soit parti seul deux semaines en vacances loin et au soleil) (du tout) (pure coïncidence) (pas l’œuf à la coque, la crise) (quoique) (quoi, digression ?).

Allez, juste pour vous, une petite mise en situation :

Les Personnages : 

SC = Schtroumpf curieux, c'est-à-dire Number One, enfant de 7 ans de sexe masculin, fils de MM, frère de SG

MM = moi-même, maman et femme particulièrement dynamique, polyvalente, drôle, intéressante, tendre, avec un mélange rare d’autorité naturelle et de charme

PVI = petite voix intérieure de MM, personnage au caractère bien trempé et n’ayant pas sa langue, ni ses yeux, dans sa poche

SG = Schtroumpf Gourmand, alias Number Two, enfant de trois ans de sexe masculin, frère de SC et fils de MM

ACTE I.  Scène 1. 

Une maison de banlieue parisienne, une belle soirée ensoleillée de mai, lors du repas du soir. Le père est absent, SC, SG et MM sont réunis autour de la table familiale pour partager un repas préparé avec amour à partir de produits bio et éco-responsables, la salle à manger ouvre sur le jardin dans lequel deux cerisiers portent des fruits qui commencent à rosir. Les martinets fouaillent l’air de leurs cris perçants, et les marguerites forment des ilots de blancheur dans l’herbe qui s’assombrit avec le jour qui tombe.

SC se met à pleurer à grosses larmes de crocodiles qui roulent sur ses joues et tachent lentement le bois de la table.

PVI : Faudrait vraiment qu’on la vernisse, cette table, ça va finir par marquer, à la longue.

SC : C’est trop nul, la wii.

MM (indignée): Comment ça c’est trop nul la wii ? Si t’es pas content t’en feras plus, après tout c’est la mienne !

SC (plus fort, entre deux reniflements): Non, pas la wii, c’est trop nul, l’AVI !

MM (rassurée): Oh ben non, tu peux pas dire ça, OK, on peut y associer que deux pistes audio mais quand même on peut le lire quasiment sur n’importe quel OS...

SC (plus fort): LA VIE !! C’est trop nul, LA VIE !!

PVI : Tu es une mère indigne. Ton fils est en dépression profonde, très certainement par ta faute. Note pour tout de suite : trouver un bon pédopsychiatre dans le coin. Et en plus, tu fais des blagues pourries.

MM (emmerdée): Ah. La VIE. Bien sûr. Damned. Et euh, mais, pourquoi c’est quoi donc ?

SC (en pleurant): La vie, c’est trop nul parce qu’il faut mouriiiiiiiiiiiiir.

MM (TRES emmerdée): Ah ouii. Ca.

PVI : Note pour tout de suite : Oublie le pédopsychiatre. Par contre, 7 ans, ce ne serait pas un peu jeune pour cogiter à des trucs comme ça ? Toi, tes première crises d’angoisse sur la mort tu les as eues à 28 ans, et encore t’étais enceinte, t’avais une excuse, presque. Tu l’aurais pas un peu traumatisé avec tes histoires ?

MM : Non, mais en fait, tu sais hier quand je t’ai expliqué comment on faisait les bébés ?

PVI : Bizarre comme quand le papa n’est pas là tu as droit à un tir groupé des questions qui tuent …

MM : Et ben en fait je t’ai dit que le papa et la maman donnait chacun une cellule pour fabriquer un bébé, ça veut dire que dans chaque personne il y a un peu de son papa et un peu de sa maman qui continuent à vivre. Donc on ne meurt pas tout à fait, on transmet une partie de soi à ses enfants.

PVI : Et hop, dans les dents.

SC : Oui, mais si moi je n’ai pas d’enfants?

PVI : Entrée directe à la troisième place des métiers possibles pour plus tard : avocat  et/ou homme politique.

MM : Euh. Oui. Bon. Mais sinon, il y a les souvenirs, tout ça.

Fin de la scène 1 

La mort, finalement, c’est pire que le sexe comme question. Parce que le sexe, en gros (ou pas) (amis geeks, bonsoir), on sait comment ça se fait, à quoi ça sert, et ce qui se passe après.

Alors que la mort, point.

La plus jolie phrase sur ce qu’est la mort ? Je crois qu’elle revient à la fille d’un ami (spéciale dédicace).
« Qu’est-ce que tu as fait ce week-end ? » 
« Je suis allée arroser mamie ». 

Voilà. C’est exactement ça, la mort.

A bientôt mes petits clous !

4 commentaires:

Didy a dit…

7 ans c'est l'age où ils prenne conscience qu'apres la mort c'est fini y'a pu rien (CF la psy que Laura avait vu lol)

astroceline a dit…

La scène est si bien décrite qu'on s'y croirait. Une nouvelle preuve de ton talent d'écrivain(e) !

En ce qui concerne le sujet, je comprends tout à fait ton embarras surtout que, comme tu le dis si bien, on ne connaît pas vraiment la réponse.

Eric a dit…

J'ai eu les même questionnements au même âge... il paraît que plus ils se posent la question tôt plus c'est un signe de grande intelligence !

Valérie a dit…

@Didy: QUOI? Tu crois pas à la réincarnation? Y a vraiment rien de rien après??

@astroceline: pas d'embarras, mais plutôt un petit malaise à implanter chez mon fiston des mots et des images qui le conduiront à sa propre représentation du sujet, j'espère que l'idée qu'il s'en fera au final ne sera pas trop angoissante...

@Eric: je n'en doute pas :D Mais l'intelligence est-elle compatible avec le bonheur? (j'ai tendance à penser que plus on est intelligent, plus c'est difficile d'être heureux)

Publier un commentaire