lundi 28 mars 2011

Hors piste - part 1


Bonjour les petits clous !
donc là, c'est pas moi

Et oui, près d’une semaine et demi sans aucune nouvelle de moi, je sais que je vous ai manqué. Certains se sont même inquiétés. Enfin, pour être tout à fait honnête, le « certains » en question se résume à une personne, que je remercie de sa sollicitude. Mais c’est juste parce que les autres lecteurs, composés en majorité de ma grand-mère, mon frère, et mon père, savaient que j’étais partie en vacances.

Non, je ne vous ai pas prévenus sur le blog, certes, mais après tout vous ne me prévenez pas non plus à chaque RTT que vous posez (ceci est un message personnel, je répète, ceci est un message personnel).

Il était temps que je m’envole vers d’autres cieux, la grisaille parisienne cumulée à une dose massive de boulot commençaient à me courir sur le haricot, tendance grave.

Alors, on a saucissonné les schtroumpfs à l’arrière de la voiture, et on a pris la route, direction l’air pur, l’eau sans nitrates et les grandes étendues blanches des Alpes. A nous les pistes !

On avait choisi une petite station familiale, un club pas trop cher qu’on connaissait, où les schtroumpfs sont gérés toute la journée au besoin, cours de ski et repas compris (les vacances, quoi), avec une cuisine plus qu’honorable et des animateurs sympas et pas trop collants.

Bon, la seule légère ombre au tableau, c’est que la station en question est la station française la plus éloignée de Paris. Plus loin, on pouvait choisir les Appalaches, sinon.

Du coup, il a fallu compter des heures de route, sans lecteur DVD (note à l’intention des parents, qui comprendront), sous la pluie, au milieu des camions, des « c’est quand qu’on arrive ? » « je veux un câlin » « à moi la main de maman » « j’ai envie de faire caca », avec l’escale déjeuner en prime au Courtepaille qui mérite sans doute la palme du plus mauvais de France (même les enfants n’ont pas mangé leur mousse au chocolat, c’est pour dire), les pipis au milieu des champs boueux pour toute la famille (maman comprise) et enfin sur les derniers (200) kilomètres les « j’ai mal au cœur » de Grand Schtroumpf, repris par Schtroumpf Gourmand en stéréo « moi ‘ssi, ai mal au keu ».

Un pur moment de plaisir.

Et comme ça, on est arrivés en retard pour la séance d’explication au club de vacances. On a appris ça à l'accueil et devant la mine peinée de la réceptionniste, nous avons pris des têtes d'enterrement, en essayant de masquer notre yessitude intérieure.Ca doit être une histoire de yin et de yang, en fait. On trouve toujours du bon dans le mauvais, et vice-versa.

Le club, de toutes façons, on le connaissait déjà. On savait qu’on y retrouverait des jeunes parents qui comme nous voudraient skier en paix offrir à leurs chères têtes blondes un programme adapté à leur rythme de vie. Et des groupes de retraités qui mangeraient ensemble tous les jours, connaitraient tous les animateurs par leurs prénoms et participeraient au concours de génépi (concours de celui qui boit le plus de génépi en une seule déglutition) (je sais, ça donne envie. Je peux donner le nom du club par mail, pour les personnes intéressées).

A ce sujet, j’ai développé une théorie basée sur mon expérience et de longues années d'observation en milieux divers. Je pense que dans un groupe de personnes, le QI du groupe s’aligne sur celui de la personne qui a le moins élevé. Une sorte de nivellement par le bas. Et alors, je voudrais pas dire, mais dans le lot de ceux qui étaient là cette semaine, il y en a un qui devait en tenir une sacrée couche.

On savait aussi qu’on n’échapperait pas à la soirée raclette, suite à quoi on devrait se lever cinq fois dans la nuit pour boire un litre d’eau. A chaque fois.

Ni non plus à l’observation attentive bien que silencieuse de nos coreligionnaires sur l’avancée mutuelle de nos bronzages, une sorte de compétition avec disqualification au premier coup de soleil pour l’imprudent qui aurait oublié sa Nivéa indice 50 le matin.

Non, décidemment, la présentation des activités nocturnes que nous savions d'avance que nous ne ferions pas pour cause de fatigue prématurée et soudaine sur les coups de 20h30, tous les soirs, ne nous a pas manqué.

To be continued.....

TEASER: pour la suite, je vous parlerai de combinaison de ski, de tire-fesses, et de local à ski. Ne manquez pas le prochain épisode! (to da di dou di da da DOU DI DA. Enfaaaaaaant du soooleiiiiiil.. Euh pardon, je m'égare).

A bientôt les petits clous!

9 commentaires:

Eric a dit…

On va t'appeler zia alors (non pas celle de Ribeiri !) ?
J'ai hâte de connaitre la suite : Valérie a-t-elle passé son cham cham cham chamois d'or ?
Content de te relire et, promis, je te préviendrai pour mes RTT.

annick a dit…

j'ai hâte de lire la suite :-)

Dorian GRAY a dit…

Message personnel ...
Tiens, ça s'adresse forcément à moi ça!

Ben non, je suis bête, pas sur un blog à 10.000 lecteurs (C'est un peu mon côté Normand-Marseillais ...).
En fait, en réfléchissant 2 minutes, c'est très semblable à l'astrologie. Ce côté personnel et vague.

CANCER : Une journée radieuse s'offre à vous.
ah oui c'est vrai il fait soleil. Et en plus je suis en RTT, c'est donc forcément radieux par rapport à une journée de boulot standard (ndlr, journée de boulot standard diffère de journée avec midi Bad, p’tit déjeuner crêpes, apéro, picnic au soleil, after work, macarons fait maisons ... bref j'arrête). Donc deux raisons d'être radieuses. Et puis je ne vous parle même pas des éléments radioactifs en suspension dans l'air qui nous irradient. (Je sais, elle était facile celle là. Je ne me permets de la faire QUE parce que l'IRSN nous dit que les doses contenues dans le nuage sont sans effet sur notre santé et notre environnement. … 1 minute de silence SVP pour tous les BB qui vont arriver dans les mois à venir). Au moins cette année le nuage n'est pas resté bloqué à la frontière.

Bref, je Tu lis le message, ton cerveau associatif y trouve forcément un élément concomitant dans ton expérience de vie, et BAM, tu te doutais bien qu’elle te parlait. A toi. Misérable petit lecteur à qui la vie t’a offert la chance de lire ce blog. Ton égoblogeuse préférée aurait donc consenti une pensée affichée envers ta personne depuis son piédestal (ndlr … ça aussi ça sent le message personnel).

Donc moi aussi, je suis en RTT!?
Mais comment le sait-elle ? Elle doit avoir tissé des connexions avec la mafia Russe des Appalaches française. Méfiance, ils sont peut être en train de surveiller ma connexion internet. A moins que ce soit elle qui ait installé dans mon ordinateur un système d’accès direct à mon Agenda …. Trop risqué, je coupe !

Marie, 3 nains a dit…

SANS LECTEUR DVD???
Franchement respect.

Flooe a dit…

En cas de manque de lecteur DVD un bib coupé avec de al vodka fonctionne relativement bien...mais ne surtout pas en parler aux services sociaux..ils aiment pas bien...on se demande pourquoi...

hummm raclette....* bave *

Anonyme a dit…

punaise un club tout compris le rêve :-)

stell* (mère indigne qui ne se cache pas)

Mariedk a dit…

waowww, ça donne drôlement envie ton club de vacances ;) Faudra que tu me donnes l'adresse pour que je me souvienne de ne surtout pas y aller LOL
Et sinon, j'ai hâte de lire la suite.

Valérie a dit…

@Eric: c'est Zahia, celle de Ribeiri. Et moi, je n'ai que ma 1ère étoile, après j'ai boycotté les cours.

@annick: tu es servie, suite publiée hier ;)

@Dorian Gray: tu les comptes comment, les 10000 lecteurs? en un jour, pas possible, en tout cas :D, et je pense à aux bien plus que tu ne sembles le croire ;)

@Marie, 3 nains: Si. Vé-ri-di-que. Je suis une warrior.

@Flooe: j'en avais pas sous la main. Ca marche avec l'eau de vie de poire?

@Stell: ah ben oui, j'ai testé le mode location seule + place en crèche + cours séparés + préparer les repas ou restau il y a quelques années, plus jamais de la vie.

@Marie: Il est super, c'est juste qu'il faut éviter de trop fréquenter certains pensionnaires.

Flooe a dit…

Hum... je pense que ui...enfiin j'imagine...en fait teste le et partage tes impressions :P:P

Enregistrer un commentaire