lundi 14 mars 2011

Réflexions en vrac

Chers petits clous,

Une question me taraude : pourquoi donc tous les revendeurs chinois qui remplissent ma boite à spams ont-ils des noms espagnols, suédois, voire allemands? Cela correspond-il à une mode du nom européen, au même titre que nos produits de luxe ? Dans ce cas, il est de mon devoir de faire ce triste constat : le nom purement français « de souche » n’est jamais choisi dans ces pseudonymes. Encore un échec cuisant de la politique étrangère française.

En terme de politique étrangère, je pense que je devrais sérieusement m’y mettre, à mon compte, vu que j’ai vraiment l’impression d’être transparente, parfois.
Tenez, pas plus tard que vendredi dernier, mon chef est venu me dire bonjour, m’a même claqué la bise (soyons fous, c’était vendredi). Puis m’a appelée d’un autre prénom que le mien. Nous bossons ensemble depuis un peu plus de deux ans, à raison de 5 jours par semaine. Vacances exclues (manquerait plus que ça).


A sa décharge, ça m’arrive tout le temps, ceci dit, d’oublier les prénoms des gens. Mais au moins, ça m’arrive avec des gens que je n’ai pas vu depuis plusieurs mois, pas avec mon voisin de bureau, ou quasiment.

Peut-être devrais-je porter un badge avec mon nom et mon prénom (et marqué en gros « J’EXISTE ») ?

Apprendre à l’ouvrir, donc. Pendant ce temps là, certains (et certaines) devraient apprendre à la fermer.

La semaine dernière, dans les vestiaires de ma salle de gym. Pour vous mettre dans l’ambiance, imaginez que je suis enfermée dans une cabine de 1m², vaguement éclairée par la lumière blanchâtre et crue d’un néon grésillant, en train d’enfiler mon jogging en maugréant et en me frottant le coude, que je viens de cogner contre la paroi du fond. Mes vêtements glissent lentement du banc et je les rattrape au dernier moment, avant qu’ils ne viennent s’étaler dans la mare laissée à mes pieds par la dernière utilisatrice qui a du oublier de s’essuyer dans la douche. Je ne respire que par la bouche pour éviter à mon nez les effluves rances de chaussettes humides et de déodorant parfum jasmin de laboratoire qui prédominent, loin devant la note boisée qui s’échappe du sauna, lorsque la porte s’ouvre.
Dans la cabine adjacente, une amatrice d’aqua-gym (que nous appelerons A, pour plus de commodité) discute avec sa copine (B, donc) à travers la paroi. Sur le vif:

A: “tu t’es inscrite à la course avec les handicapés, c’est en mai?”
B: “ ah non, tiens, c’est une bonne idée”
A: ”je l’ai faite l’année dernière, c’était super”.
A part moi, je trouve l’initiative excellente et pense déjà à lui demander quelles sont les modalités d’inscription.
A: “ Oui, ils étaient vraiment trop contents qu’on courre avec eux”.
Là, je commence à déchanter. Pour moi, tout le monde court ensemble, le principe est justement de faire des équipes, pas de dire “eux” et “nous”.
A: “ Franchement, tu devrais venir. C’était super l’année dernière. Ils étaient vraiment trop mignons.”.

TROP MIGNONS. J’en reste sans voix. Comme des chatons, quoi. Elle a peut-être oublié qu’elle parlait d’êtres humains.

A bientôt mes petits clous!

Crédit photo: Frédéric Bourret

8 commentaires:

berengere a dit…

C'est marrant, on m'appelle très souvent par un prénom autre que le mien... euh non, en fait c'est pas drôle ! Mais je compatis, Véronique ;-)

bbflo a dit…

moi j'ai encadré des trisomiques à l'occasion de la "journée nationale", pour la première fois cette année. Et je ne crois pas avoir vécu expérience plus enrichissante. Voire je crois que les jeunes avec qui j'étais m'ont bien plus apporté que l'inverse.
(sinon, les mots sont maladroits, mais l'intention est là quand même, non ?)

Flooe a dit…

En fait,faut lui donner une médaille pour avoir daigné donner de son temps à ces pauvre handicapés...

Bon dans le fond je pense plutôt qu'elle à mal choisi ses mots...mais quand même c'est foutrement maladroit...

Quand au prénom...il faut pas hésiter à corriger l'erreur sinon ça recommence et ça devient difficile de dire "au fait...ça fait 6 mois tu m'appel Stéphanie mais en vrai j'm'appel Valérie..." ou alors tu peu aussi faire le même coup en te "trompant" de prénom :D

Encore que un autre truc bien chiant c'est quand les gens que tu connais à peine te donne un petit diminutif pour faire plus "intime"...

Eric a dit…

Environ une fois par semaine on m'appelle par un autre prénom que le mien. Mais c'est toujours le même prénom qu'utilisent les gens, même s'ils ne sont issus de cercles complètement différents et donc, ne se connaissent pas entre eux !!!
Un jour mes parents m'ont dit qu'ils ont hésité à m'appeler par cet autre prénom, mais une grand-mère s'y est opposée :-(
A priori, je dois le "porter" quelque part pour que les gens l'utilisent...

LMO a dit…

Je trouve les mots de la nana très maladroits aussi... Ca m'aurait agacé aussi. Quand la participation à un truc vachement chouette se transforme en BA pour se faire mousser...

Valérie a dit…

@Berengère: Je suis chatouilleuse sur le sujet. Une année, dans une classe, mon maitre de l'époque avait décidé de m'appeler Véronique, toute l'année, parce qu'il y avait déjà une Valérie dans la classe et qu'il ne souhaitait pas avoir 2 élèves avec le même prénom.
Ca m'a traumatisée.

@bbflo: Les mots ne sont pas maladroits, à mon sens, ils véhiculent réellement sa pensée. L'intention n'est pas mauvaise, certes, mais elle n'a rien compris.

@Flooe: Comme ça elle dort bien la nuit ;)

@Eric: Bizarre. Pourtant Eric c'est un prénom qu'on peut difficilement confondre avec un autre (j'ai fait l'exercice. Le seul prénom qui me vienne à l'esprit en pensant à toi, c'est Stéphane. Si c'est ça, il y a vraiment un truc bizarre :D )

@LMO: c'est exactement ça.

Sofybob a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Sofybob a dit…

C'était à Flachat ? Un nom, un nom :o)
(me souviens pas qu'il y ait eu 2 Valérie en CM2 dc ça devait être une autre année...)
Je comprends que ça t'ait traumatisée !

Enregistrer un commentaire