vendredi 15 octobre 2010

De l'échangisme

Mes chers petits clous,

Comme annoncé la semaine dernière, et avec un peu de retard sur le planning prévu pour cause d’attaque sournoise de méchante migraine pas plus tard qu’hier soir, date à laquelle je devais compiler toutes mes notes sur le sujet et les agréger en un article pas trop rébarbatif, voici donc le sujet SEXE (+2 points Google) de la semaine, j’ai souhaité vous parler de l’échangisme.

Autant le dire tout de suite, au niveau sexe, je reviens d’assez loin, puisque pendant longtemps par exemple j’ai cru que les tournantes n’étaient que des parties de ping pong à plusieurs, ce qui d’ailleurs a sans doute donné lieu à quelques quiproquo dont je mesure maintenant seulement la portée (pour ma défense, le sens actuel de tournante était beaucoup moins répandu il y a, disons, une vingtaine d’années).

J’ai vu il y a quelques jours à la télé un film que j’ai d’ailleurs bien apprécié, léger et drôle, sur le sujet de l’échangisme justement, « peindre ou faire l’amour ».

Mais ce n’était pas la première fois que je m’intéressais au phénomène, car on assiste à une banalisation de cette pratique… Les clubs échangistes se multiplient tels les petits pains dans toutes les régions de France, avec des noms aussi évocateurs que « la Cheminée » ou « le Bounty ». J’aurais d’ailleurs plutôt proposé « le Mars », puisque chacun sait qu’un Mars, et ça repart, ou alors « Twix », deux doigts coupe faim, mais chacun son humour.

L’échangisme correspond à un fantasme très courant, qui en regroupe à mon sens au moins deux différents : « faire l’amour à plusieurs » et « je change de partenaire ». On pourrait sans doute en ajouter d’autres, tels le fantasme de voyeurisme, celui de faire l’amour dans un lieu insolite, etc…

Le terme fantasme est ici important, puisqu’il s’agit avant tout de cela, comme beaucoup de choses ayant trait au sexe.

Mais l’échangisme va plus loin, puisque ce fantasme est créé, vécu, amené dans la réalité, ce qui pose un certain nombre de questions, notamment sur les raisons qui amènent à son exécution, mais également sur les conséquences que cela peut avoir sur un couple…

Pourquoi ce sujet ??? Ah oui pas bête hein, on va commencer par le début… Bon, vous pensez bien que si j’en parle, c’est que ça m’a traversé l’esprit une fois ou deux. Par exemple, il y a peu de chance que je vous fasse un article sur le pour et le contre de l’intégration de la Suisse dans l’Union Européenne, vu que ça ne m’intéresse pas des masses. Attention, je n’ai pas dit que le sujet n’était pas intéressant surtout, je reste neutre (en même temps, au sujet de la Suisse, ça parait logique) !! Mais j’ai déjà suffisamment d’autres trucs en tête qui requièrent l’attention pleine et entière de la poignée de neurones rescapés qui se partagent mon cerveau.

L’échangisme, donc.

J’ai réfléchi dans un premier temps aux raisons qui pouvaient amener un homme ou une femme à pratiquer l’échangisme.

Comme évoqué plus haut, je pense que ce désir en lui-même est présent à l’état latent chez beaucoup. Mais il peut trouver sa source dans des origines très différentes…

En premier lieu, ce fantasme peut correspondre à des pulsions conscientes. Sa sexualité et ses fantasmes, tout comme le reste de sa personnalité, peuvent évoluer dans le temps, l’échangisme devient alors tout simplement un moyen d’assouvir une certaine curiosité, ou une envie de pimenter sa sexualité. Ceci dit, ce but, avoué, masque souvent, consciemment ou non, bien d’autres raisons.

L’échangisme peut être pour certains l’expression d’une bisexualité ou d’une homosexualité latente, qui trouve là un moyen de s’exprimer sans réellement donner son nom, y compris pour la personne qui le pratique, en particulier si c’est un homme. Les attouchements masculins sont en effet dans l’imagerie sexuelle bien moins tolérés que leur pendant au féminin…

Je pense aussi que cela peut être un moyen de se rassurer sur son potentiel de séduction, surtout après un certain âge, ou lorsqu’on est depuis longtemps en couple… Ceci vaut pour les hommes et les femmes, l’envie d’avoir plusieurs personnes du sexe opposé à ses pieds, le fantasme du harem (ou du haras!).

Le fantasme d’échangisme, pour les hommes, peut aussi leur permettre d’étayer leur virilité, et de repousser la peur de ne plus pouvoir satisfaire leur partenaire. La présence d’autres hommes devient comme une extension de leur propre sexe et leur garantit la jouissance de leur compagne, tout en préservant leur implication et même leur pouvoir vis-à-vis de cette jouissance, puisque c’est souvent l’homme qui prend l’initiative de proposer une séance échangiste.

Pour les femmes, essentiellement (mais pas que !) accepter l’échangisme peut aussi être un moyen de faire plaisir à leur compagnon, de ne pas le perdre, ou au moins de contrôler son infidélité. Cela évite qu’il aille voir ailleurs sans qu’on soit au courant… Dans ce cas, l’échangisme est subi…

En fait, de manière générale, l’échangisme est avant tout une infidélité qui ne dit pas son nom. C’est aller voir ailleurs, mais conserver la structure du couple, en faisant comme si chacun y trouvait son compte. Ca peut être le cas, parfois. Rarement à mon sens. Jouer avec le désir amoureux, c’est jouer à l’apprenti sorcier…

De fait, le fantasme d’échangisme essaie de résoudre une équation difficile en amour, concilier variété et fidélité. Est-ce réellement une solution ? A mon sens, dès que d’autres personnes sont en jeu, le couple, dans ses fondements même, est en danger. D’autant plus, si les raisons qui poussent à l’échangisme ne sont pas les même dans le couple, si l’un des deux est contraint, consciemment ou non, à le pratiquer. Hors, comme on l’a vu, les raisons sont multiples, et parfois, inconscientes…

De plus, je pense profondément que le partage de la sexualité avec quelqu’un d’autre n’est jamais anodin. Je ne crois pas à l’aspect uniquement mécanique du sexe. Ou plutôt, je refuse d’y croire. Cela serait bien triste, si l’on ne le réduisait qu’à cela.

Je ne parle pas d’amour, je parle de désir. Mais même le désir porte une grande part de sensations, d’émotions, de sentiments.

Or les raisons pour lesquelles le désir nait entre deux personnes sont multiples, fugaces et inconnues dans leur ensemble, et la relation sexuelle en est l’enjeu final, non-dit et omniprésent. Comment peut-il y avoir séduction, si l’on sait à l’avance qu’il y aura du sexe ? Sans limite et sans interdits, peut-on encore éveiller le désir ?

En dehors de ces questions théoriques, il y a des points purement pratiques qui me chiffonnent, en particulier sur les clubs échangistes.

Comme vu plus haut, les femmes ne sont pas toujours totalement consentantes. J’irai même plus loin. Lorsqu’on se renseigne un peu sur ces clubs, on se rend compte que les hommes seuls sont autorisés, mais qu’ils payent l’entrée bien plus cher. Le parallèle pour moi est troublant avec la prostitution, la femme devient une monnaie d’échange, un sésame qui permet d’accéder à d’autres femmes…

De plus, ces clubs semblent dédiés uniquement aux fantasmes masculins. Soirées gangbang, élections de Miss Libertine… Les femmes y sont habillées en tenues explicitement sexuelles, lorsque les hommes sont en habits de tous les jours. On y côtoie des gens laids, nus, la chair est triste et l’érotisme absent… Sans parler des risques de transmission de MST…

Ma conclusion ?? Et bien, je ne sais toujours pas… Je pense que c’est un bien grand risque à faire courir à son couple, et qu’il faut être très clair vis-à-vis de l’autre, et de soi-même sur les raisons précises qui amènent à la réalisation de ce fantasme. Je dis clairement non aux clubs échangistes, tels que j’ai pu les découvrir en photos ou vidéos sur internet… Parce que ces clubs dévaluent la rencontre sexuelle, en l’associant uniquement à la fonction elle-même, quand cette rencontre est tellement plus que cela. Et parce que la place accordée à la femme, dans ces clubs, véhicule largement des clichés sexistes que je réprouve.

Je pense que dans la forme même de notre société (dans les notions du couple qu’elle véhicule, dans l’unicité du mariage et de la relation amoureuse) mais aussi, par ricochet, dans l’éducation qu’on a reçu à ce sujet, il y a peu de place pour que l’échangisme puisse exister, sans répercussions majeures sur soi-même, et l’autre…

Je vous laisse sur ces réflexions les petits clous ! Et bon week-end !

PS : Je vous rappelle qu’il faut voter pour le concours Cosmopolitan, à gauche. Et, de même, si vous pouviez voter également là : http://www.golden-blog-awards.fr/2010/10/13/moi-je/, c’est le concours de blogs lancé par la mairie de Paris ! J’ai très peu de chances d’être élue, mais juste pour assister à la soirée, c’est déjà ça de gagné…

Partager

7 commentaires:

Yves a dit…

j’adore votre blog et votre façon de raconter tout ça. Bravo bonne continuation.
Tester son amour

Mariedk a dit…

Euhh, j'aime bien l'échangisme moi. J'ai changé un Fred contre un autre Fred et j'ai gagné au change. Bon d'accord je les épouses à chaque fois, ça compte ?
Sinon, j'échange un paquet de Shamallow contre du fil à Scoubidou, ça te tente ?
Sinon plus sérieusement, je trouve ton article très bien fait. Et comme toi je suis contre l'infidélité acceptée ou non car ça va à l'encontre de l'idée que je me fais du couple.

Georges a dit…

bizarrement je suis assez d'accord sur pas mal de points, entre autre ceux des clubs, ceux des femmes qui font ça pour faire plaisir à leur homme, voir pour le garder, et le fait que l'homosexualité ou la bisexualité maculine est mal vue, alors que la féminine est normale voir attendue au tournant (c'est agaçant).
Mais si on exclut les clubs et si on veut bien me croire quand je dis que pas mal de femmes qui pratiquent le font avec un plaisir qui ne dissimule pas de malaise, et que même parfois elles sont à l'origine de la chose... les hommes jaloux et possessifs ça existent ! bref si on va au delà des généralités, je pense qu'il y a une partie (mais pas la majorité) qui le vivent à mille lieux de ce putain de débat sur la fidélité, le couple et tout et tout, qui ne sont que des conventions religieuses et sociétales.
Chuis embêtée parce que je prêche pour ma paroisse ;-) mais vraiment pour moi tout ça ne sont que des idées, on peut se forger d'autre convictions personnelles sans tomber dans le glauque dont tu parles... que je fuis personnellement, parce qu'il est triste de voir ça en vrai. Cette pratique ne devrait pas être banaliser, c'est pas comme porter des chaussures à bouts pointus, ça ne devrait rien à voir avec la mode.

Mariedk a dit…

l'idée de fidélité n'a pas forcément à voir avec la religion. Dans mon cas par exemple, je suis totalement contre l'idée d'adhérer à la moindre religion mais je ne partage pas l'homme que j'aime avec qui que ce soit. Alors ça peut être de l'égoïsme, de l'égocentrisme ou tout ce qu'on veut d'autre mais surtout pas une idée religieuse à la con. Je ne partage pas, c'est tout !
Après, les autres font ce qu'ils veulent...

Valérie a dit…

@Yves: Merci, repassez quand vous voulez ;)

@MarieDK: et alors tu as eu quoi pour ton anniversaire??? :D

@Georges: Merci de ton témoignage, à vrai dire ton expérience aussi m'a influencée dans mes réflexions... Je ne suis effectivement pas contre l'échangisme en tant que tel, je n'ai pas apprécié certaines facettes de ce monde (clubs, ...), je pense qu'il faut être très clair dans sa tête pour faire ça, et aussi que ce n'est pas forcément facile à assumer, d'autant qu'on peut facilement souffrir ou faire souffrir lorsqu'on joue avec ça. Ceci dit, quand, comme dans ton cas, quand c'est en quelque sorte préexistant au couple, et que le couple se batit avec ce paramètre supplémentaire, ça risque moins de le fragiliser ;)

Tietie007 a dit…

Testé il y a bien longtemps, lorsque j'étais plus jeune, et ça m'a fait une mauvaise impression. Ca faisait plutôt boucherie qu'autre chose, avec des corps nus, pas spécialement beau, des vieux un peu difformes. J'ai l'impression que beaucoup de couples,notamment des hommes un peu vieux, viennent pour mater. Enfin bref, je laisse ça à d'autres.

Anonyme a dit…

Très bel article. Je suis un homme bien dans mon corps et ma sexualité et je suis bien évidemment contre cette sexualité marginalisée qui est plus destructive que constructive. Je connais des hommes seuls pratiquant l'échangisme ou libertinage (car il n'y a plus de frontière) et leurs discours ne ressemblent en rien aux respects de la femme bien au contraire, ils parlent de ces femmes, même si elles sont en couple, comme des dépravés, filles à problème et fille facile. Et je connais aussi des couples qui pratiquent, qui disent "on sauve notre couple" et on apprend qu'en réalité, ils se disputent et ne se touchent plus et reste pour le bien des enfants. Pour moi les clubs échangistes c'est beaucoup d'hypocrisie.

Publier un commentaire