lundi 19 juillet 2010

Du handicap...

Je profite de tes vacances, avec le courage qui me caractérise, pour t’écrire ce mot.

Tu tomberas dessus par hasard, dans une semaine ou dans un mois, attiré ici par le lien sous facebook, peut-être. Peut-être pas.

Parfois, il est encore plus difficile de dire merci que de dire merde.

J’ai longtemps hésité à l’écrire, cet article, parce que je ne voulais pas te ranger dans une catégorie. Handicapé. Paraplégique. En fauteuil.

Je voulais tout simplement te remercier, pour tout ce que j’apprends à tes côtés.

Je ne connaissais pas d’handicapé moteur avant toi, pas vraiment. Si bien sûr, j’en avais croisé, au boulot, en vacances, j'avais commencé à apprivoiser un peu mes réactions et mes habitudes.
Mais je n’avais aucune conscience de ce que ça peut représenter au quotidien.

Je n’oserais pas dire que j’en ai une très grande maintenant, je continue à apprendre bien sûr.
Mais tes problèmes de prêts immobiliers, refusés alors que tu n’es pas malade, juste en fauteuil, je les ai suivis avec toi.
Je me suis énervée de concert pour tes soucis de réservation d’hôtel pour tes vacances, pour trouver des chambres adaptées.
Le prix demandé pour faire adapter la voiture que tu viens d’acheter, j’ai moi aussi trouvé que c’était du vol.
La difficulté pour voir un concert avec des amis, je l’ai vécue en live. Tu n’as droit qu’à un accompagnateur dans la zone réservée.

J’ai pris l’habitude dans les transports publics, de vérifier machinalement ce qui était fait pour permettre aux handicapés de les prendre. Pas grand-chose en vérité. Même quand l’accès est possible, c’est toujours toute une histoire, il faut parfois prendre 3 « ascenseurs » (qui n’en ont que le nom, j’appellerai ça plutôt des monte-charges) qui chacun mettent 2 ou 3 bonnes minutes à se déployer (plateforme, bras de sécurité) avant de pouvoir être utilisés.

Chaque seconde s’égrenant te martèle un peu plus ta différence.

J’ai appris, avec toi, à regarder.

Nous, les valides, nous ne savons pas toujours comment nous comporter avec vous, aider sans assister, la limite est difficile à trouver. Il y a toujours en nous cette culpabilité d’être debout que nous ressentons à vos côtés. Je ressens toujours ça, mais beaucoup moins maintenant.

J’ai pris mes marques. Je suis souvent encore à côté de la plaque, mais tu es suffisamment intelligent pour ne pas m’accabler dans ce cas. J’essaie de t’éviter de demander, je sais que tu as horreur de ça. D’être différent. D’avoir besoin de quelqu’un.

J’ai rarement croisé quelqu’un avec autant de volonté que toi. Avec autant d’envie de faire ses preuves, et de faire oublier son handicap. Avec ce désir immense de tout faire comme si ton fauteuil n’existait pas, comme si tu pouvais tout réaliser, à force de le rêver. Et, à force de le rêver, le réussir.

Il y a des questions que je n’ai pas encore osé aborder avec toi, parce qu’elles touchent vraiment à l’intime, et cependant…

Je me demande ce qui se passe dans ta tête, le soir, quand tu te couches dans ton lit, quand tu laisses tomber les masques.

Je me demande si tu pourras facilement avoir des enfants un jour, ou si là encore ce sera une énième lutte à mener.

J’aimerai que tu me racontes, un jour, toi-même, ton accident…

Mais, tu me connais, jamais je ne te poserai ces questions directement. Je ne veux surtout pas te blesser.

Je tenais juste à te dire merci, merci d’être là. Merci de m'apporter au quotidien ta jeunesse, ton enthousiasme, ta passion.

Mon collègue. Mon ami. Même si le mot est un peu fort, parce que des amis, tu en as des tonnes, et certains bien plus proches que moi.
Je n'ai pas encore trouvé le terme qui exprime la place que tu as dans ma vie, et celle que j'ai dans la tienne. Je continue de chercher. Nous avons tout le temps pour le trouver, n'est-ce pas?

Partager

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Très beau texte ... une difficulté de tous les jours ... que dis-je un combat que peu de gens peuvent réellement comprendre ; merci à ceux qui les accompagnent avec tant de tendresse

Stell*

Flooe a dit…

*soupir*
texte magnifique...ni plus ni moins... ;)

carole a dit…

Ton texte est magnifique, j'en ai les larmes aux yeux... tellement poignant...

Aurore a dit…

Pas grand chose de plus a dire... Juste merci Valou!

bbflo a dit…

Très touchant sans tomber dans le pathos. En fait, on se dit qu'on n'a pas de chance de ne pas avoir un tel ami...

Frédéric a dit…

Un article bien écrit, plein de pudeur et émouvant sans tomber dans le pathos...encore une bonne lecture signée Valérie.

Eric a dit…

Merci pour ce beau partage, madame Valérie.
Depuis peu, un de mes clients est une association qui gère des structures d'accueil pour handicapés et je prends conscience, dans le métro etc..., des difficultés qui sont les leurs.

Georges a dit…

j'y pense parfois quand je voyage, quand je me balade en ville, que je grimpe et descend des trottoirs... à mes yeux tu as bien fait d'écrire ce texte pour toi, pour cet ami et pis pour nous aider à ouvrir un peu plus encore les yeux... merci valérie ... merci !

Valérie a dit…

@Stell: c'est un peu comme pour tout, on entend parfois, et on croit même comprendre, mais tant qu'on n'est pas confronté à la réalité, on reste à la surface des choses, il n'y a pas vraiment moyen de faire autrement

@Flooe: Merci m'sieur ;)

@Carole: c'est plutôt censé redonner le sourire :)

@Aurore: merci ma belle!!

@bbflo, @frédéric: alors, euh, merci, ça fait juste environ 30 fois que je l'ai dit là, donc je sais pas, je vais trouver autre chose... Bon allez encore un pour la route... Merci :D

@Eric: ce qui doit être le plus dur, c'est l'accumulation des petites difficultés au quotidien, qu'on n'imagine pas sans les avoir vues. Les transports, encore, on sait qu'ils sont rarement adapté. Mais tout le reste est pareil. Par exemple, les machines à café dont les touches sont trop hautes.

@Georges: merci !!

Anonyme a dit…

Vrai, humble et très touchant.
Amiline

Mamantroispointzero a dit…

C'est un texte magnifique, les mots me manquent...

Valérie a dit…

@Amiline: merci ;)

@Mamantroispointzéro: mais il faut pas c'est un texte joyeux!!! :D

Publier un commentaire