lundi 18 juillet 2011

Rubrique à brac

Bonjour mes petits clous !!

Je sais. Vous vous demandez tous ce que j'ai fait et ce que je continue à faire durant ces semaines loin de vous… A moins que vous ne soyiez tranquillement installés sur une plage ensoleillée, ou en train de visiter l’une des merveilles du monde (pas les tablettes de chocolat, les autres) (message personnel à Nestlé : rendez-nous les Merveilles du Monde, ses images d’animaux cartonnées et ses énormes carrés de chocolat au lait qu’on laissait fondre en bouche pour pouvoir sentir sous le palais le croquant de ses éclats de noisettes et d’amandes… J’en salive encore, moi qui n’aime que le chocolat noir normalement. Sans doute qu’ils rajoutaient de la coke dedans pour expliquer ça, comme dans le coca-cola) (pour ceux qui ne connaissent pas le chocolat Merveilles du Monde, allez plutôt lire un blog sur Skyrock, c’est plus votre créneau).


Et moi pendant ce temps là ? Je bosse, j’en chie pas mal au niveau personnel, et je bosse. Ah oui, sinon, j’ai oublié de vous dire, aussi, entre deux, je bosse (et j'en chie, je l'ai dit ça? Je ne me souviens plus).

Heureusement pour ma santé mentale, j’ai connu aussi plusieurs moments de sourires (vu que sans mon quota de sourires dans la journée, je dépéris comme une plante qu’on n’arrose plus... ça arrive peu, même en pleine dépression, parce que je suis bon public, ça me sauve).

Twitter s’est mis de la partie. Il m’a proposé des suggestions de comptes à suivre, correspondants à mes goûts :le compte officiel de Nicolas Anelka, et le compte du journal voici.fr .

Je suis rassurée. L’intelligence artificielle a encore des progrès à faire avant de rivaliser avec celle de l’homme. Ou plutôt, l’intelligence artificielle est encore fortement limitée par celle des développeurs qui la conçoivent. Ceux qui ont conçu le code sur le suggestions de twitter n'ont sans doute pas inventé la théorie de la chromodynamique quantique ou de la gravitation quantique à boucle en géométrie non euclidienne à quatre dimensions.

Autre fou-rire. Saviez-vous que j’ai une fossette au menton ? C’est un sujet parfaitement anodin et qui en soi ne mérite aucunement ne serait-ce qu’une ligne sur ce blog (comme de savoir que ma coiffeuse a raté mes mèches, par exemple. Quoi que.)

Saviez-vous également que je pratique à l’égard de l’homéopathie une politique de bienveillance tolérante ? Ce qui veut dire que globalement, je pense que dans certains cas ça marche plutôt bien, et que le reste du temps, ça ne peut pas faire de mal, au pire, sauf pour les diabétiques, bien sûr. Vive l’effet placebo du sucre, si ce n’est que ça, parce que c’est super efficace. Et les enfants adorent les boites de granules magiques (et le sucre).

Vous allez me dire, quel est le rapport ? J’y viens.

Je suis tombée par hasard sur ce site qui donne les signes à rechercher sur le visage pour déterminer le remède homéopathique adéquat.

Chercher des signes vasculaires, des tâches, une pâleur… Ca me semble évident et doit bien entendu faire partie de tout diagnostic, en médecine homéopathique ou allopathique.
Mais d’apprendre que le fait de posséder une fossette sur le menton était un signe spécifique de sexualité, j’en ris encore (sauf que ça me rappelle un peu la phrénologie, cette pseudoscience des bosses du crâne qui devaient refléter le caractère de la personne, et qui a débouché sur des théories encore plus fumeuses de criminels nés. Ceci dit le concept de criminel né, ou presque, fait toujours recette).

Mes amis aussi sont drôles. J’en ai un qui a avoué, après quelques verres quand même (je lui dois de rétablir toute la vérité), que ses connaissances en mythologie grecque se limitaient aux chevaliers du zodiaque.

Les commerçants ont parfois un sens de l’humour… Spécial. Lors d’une de mes (trop rares) balades dans Paris, je suis passée quai de la Mégisserie et je n’ai pu résister à la tentation d’entrer dans chaque boutique d’animaux sur mon chemin. De manière compulsive, il y a certains magasins que je ne peux éviter et qui sont : les magasins avec des animaux bizarres (serpents, lézards, poissons rares, araignées ou scorpions). Les magasins d’objets inutiles mais design. Et les magasins vendant des boites anciennes d’origine orientale (bizarrement, cette addiction là n'est pas tellement consommatrice de temps).

Je cherchais donc le rayon du fond (c’est toujours là que sont planquées les bêtes que la majorité des personne saines d’esprit ne souhaitent pas voir) et je suis passée devant les cages des chatons.
Et là, mon sang n'a fait qu’un tour. Quoi ? 3800 € (trois mille huit cent, vous avez bien lu, soit 2,78 smics bruts, ou environ 253 paquets de cartes pokemon) pour un chaton? Il y a vraiment des gens qui sont malades.

C’est vrai quoi, à ce prix-là, je suis sûre qu’on trouve un bébé sur internet.

Les commerçants, toujours...Je me suis toujours demandée pourquoi je recevais sans cesse des publicités pour (je cite) : « enlarge my penis ». Sachant que je ne possède pas, à ma connaissance, ce genre d’attribut plutôt typiquement masculin. Pourquoi donc n’existe-t-il pas le pendant : "enlarge your vagina ?"

J’ai plusieurs théories sur le sujet.

L’une, que j’appellerais la théorie anti-consumériste, est que les méthodes d’élargissement du pénis ne fonctionnent pas, ce qui veut dire que la taille des vagins actuelle est parfaitement adaptée aux pénis existants.

Ma seconde théorie, appelée théorie féministe, est que, comme d’habitude, la place des femmes dans la sexualité n’a pas été prise en compte par les personnes du marketing et qu’il y a un créneau, porteur, et une réelle opportunité de gagner de l’argent. Vous pouvez aussi vendre le « reduce your vagina », c’est un peu comme pour les seins, il y a de tout chez les femmes. Ne me remerciez pas, c’est gratuit.

Ma troisième théorie, appelée théorie réaliste, est que cette méthode d’élargissement existe et est d’ailleurs connue et pratiquée depuis la préhistoire. Un ou deux marmots, et hop. Pas très vendeur.

Enfin, ma dernière théorie, appelée théorie paranoïaque, est qu'en fait je reçois des publicités pour élargir mon pénis parce que je suis réellement un homme, avec un micropénis. Sans le savoir.
Les éléments à charge sont d'ailleurs nombreux et le doute m'a effleuré plusieurs fois. Par exemple, je me passe très bien de sèche-cheveux depuis maintenant six semaines. J'entame la septième avec détermination.

Un dernier sourire, pour la route ? Au Québec, ils ont un parti qui s’appelle le PQ. Enorme.

A bientôt mes petits clous!

6 commentaires:

Mariedk a dit…

Je reçois les mêmes pub que toi ont dirait... et je suis aussi circonspecte que toi LOL

Eric a dit…

C'est drôle, je ne reçois pas ces pubs !!!
Sinon, depuis Freud, c'est bien connu que le clitoris est un succédané de pénis et que, durant toute leur vie, les femmes cherchent à en avoir un vrai (ceci explique les mails que vous recevez mesdames :-))))

astroceline a dit…

Curieusement, moi je reçois beaucoup moins de pub de ce genre en ce moment.
Peut-être que les anti spam sont efficaces maintenant ?
En tous cas, bienvenue dans le club des filles/femmes qui se passent de sèche-cheveux (sauf s'il te faut sortir 1/2h après et qu'il fait -10°C, là j'avoue je m'en sers 3 min histoire que cela me gèle pas sur place)! Tu verras, on arrive très bien à s'y faire et on gagne un temps fou le matin !

Anonyme a dit…

Merci monsieur, vous êtes trop drôle.

georges a dit…

je t'aimais déjà beaucoup, mais là je t'aime encore plus d'être nostalgique du Merveille du Monde... c'est idiot mais je le cherche encore dans le rayon quand j'achète du chocolat... t'imagine pas le nombre de kilomètres de plaquettes que je me suis enfilée... euh non je veux dire que j'ai mangé ! bisous !

berengere a dit…

"l’intelligence artificielle est encore fortement limitée par celle des développeurs qui la conçoivent"
J'aime beaucoup, m'autorises-tu à te citer la prochaine fois que j'aurai un informaticien pédant en face de moi ? (remarque, même à un informaticien sympa)

Publier un commentaire