mardi 11 octobre 2011

Du chauffeur de taxi marseillais (étude sociologique)

Chers petits clous,

Comme certains d’entre vous le savent, ou l’ont deviné suite à la mise en ligne sur facebook d’une photo fort mystérieuse de port avec la bonne mère en toile de fond (dans un premier temps, j’avais hésité avec une photo de mon gros orteil gauche pris sans flash dans ma chambre d’hôtel, mais c’était quand même plus difficile de trouver), j’ai fait un petit déplacement à Massilia la semaine dernière avec des collègues, histoire de profiter des derniers rayons du soleil, de manger une vraie bouillabaisse et des glaces à se rouler par terre et (aussi) de bosser.



Le trajet s’étant effectué en train (à l’aller, parce qu’au retour, ahahah, non je vous raconte pas ; je sais que vous auriez bien aimé que je vous raconte) (bref), à l’aller donc, nous arrivâmes avec deux heures de retard. Si, avec la SNCF, c’est possible. La petite balade champêtre prévue pour rejoindre notre hôtel pedibus en profitant des derniers rayons du soleil étant de fait fort compromise, nous décidâmes, fous que nous sommes, de prendre le taxi. Erreur de débutant dans une ville comme Marseille, le film sus-nommé exagérant à peine les travers de ses chauffeurs, sauf que généralement ils ne savent pas conduire, en vrai.

Dès la sortie de la gare, nous hélâmes donc le premier taxi qui passait. « Holà gueux, pourrais-tu donc nous conduire nous et nos malles dans ta carriole à l’hostellerie ci-dessous décrite ? », tout ceci en lui présentant l’adresse de l’hôtel.

(Bon, ce ne sont pas exactement les termes que nous avons utilisés. Mais le résultat était à peu près le même quand il nous a regardé comme si nous descendions d’une planète inconnue.)

Mes charmants collègues ayant décidé à l’unanimité moins une voix (la mienne) que je devrais occuper la place du mort monter à l’avant, j’avançais courageusement et d’un air décidé vers l’homme et réitérait notre demande en tentant de l’accommoder à la sauce locale, ce qui donna à peu près : « Holà gueux, té vé, arrête de bader, peuchère, et pourrais-tu donc nous conduire nous et nos malles dans ta carriole sans tanquer à l’hostellerie ci-dessous décrite ? »

Le chauffeur examina l’adresse, commença par lâcher un « trois putains d’heures d’attente pour aller sur le vieux port ? », puis nous fit monter.

C’est là que j’ai remarqué l’haleine. A mon avis, pendant les trois heures, il n’avait pas fait qu’attendre. Enfin, le pastis, ça fait couleur locale, y a pas à dire.

A peine montés, donc, il démarra en trombe, râlant en vrac contre la SNCF qui sont jamais à l’heure ceux-là, contre les clients qui font des courses ridicules, je dis pas ça pour vous mademoiselle, contre les travaux et la mairie, contre les autres conducteurs qui respectent bêtement les priorités à droite et le marquage au sol. Tout ceci à environ 130 km/h, en tenant d’une main le volant, tout occupé à remplir de l’autre la note qu’il allait nous remettre, et en ignorant volontairement le concept de frein ainsi que celui de files et de priorités. C’est bien simple, il conduisait exclusivement à l’oreille, la vitre ouverte, tentant de discerner dans le brouhaha de la ville le bzzz annonciateur d’une mobylette ou le bruit de moteur d’une voiture qui chercherait, outrageusement, à prendre sa priorité à droite.

« Ca va, je conduis pas trop vite ? Non c’est parce que je me dépêche il faut que je retourne à la gare pour faire une vraie course...».
Euh... Non, en fermant les yeux, en me bouchant les oreilles et en comptant très vite dans ma tête pour ne pas laisser la panique m'envahir, je réussis à gérer très très bien.

Arrivés devant l’hôtel, le compteur affichait fièrement 11 € 10.

Il nous réclama donc 16 € 80, rapport à l’indemnité de prise en charge à la gare, et aux bagages, tout ça. Sur ce, il nous demanda, avec une innocence qui frisait la naïveté, quelle somme il devait inscrire sur la note.

Une fois inscrit 16 € 80 avec une certaine réticence, il nous précisa en nous disant au revoir que, si nous avions besoin, son numéro de téléphone était aussi sur la note et qu’il se ferait un plaisir de nous conduire à nouveau dans Marseille. Ce à quoi nous avons répondu avec un bel ensemble (et peu de courage) que nous ne manquerions pas de l’appeler, au besoin.

Puis, les jambes légèrement flageolantes, nous nous précipitâmes à terre pour remercier dieu et embrasser le trottoir, avant de rejoindre nos chambres.

A bientôt les petits clous!

5 commentaires:

Eric a dit…

Habitué des taxis marseillais, je confirme. De plus, Marseille est la seule ville en France où il n'est pas possible de payer un taxi en chèque ou en CB.
Un jour j'ai remonté toute la file des taxis à la gare St Charles sans en trouver un qui accepte la CB. Lorsque je fus dans un taxi et demandai une explication au chauffeur celui-ci me répondit "té, vous savez, le liquide c'est bien, on a toujours des cadeaux à faire aux amis ; et puis c'est bientôt Noël (on était en septembre)". Super quand ça vous coûte 60 € pour aller chez votre client, autant pour aller à l'hôtel le soir, repartir chez le client le lendemain et retourner à la gare...
Mais que fait la Bonne Mère ?

Flooe a dit…

comme dit Grand c(on)rps malade: " la prochaine fois j'prendrais l'bus" xD

georges a dit…

Un jour j'ai pris le taxi en tunisie... bon en fait on était plusieurs et on a pris deux taxis pour aller trainer... et en fait les chauffeurs se sont amusés à faire une course poursuite jusqu'à la médina non loin en allant à l'encontre de toute notion de sécurité routière. En te lisant j'ai repensé à cet épisode de vacances. Trouille incluse biensûr.

Dan Taxi a dit…

Bonjour

Votre expérience des taxis marseillais est évidemment détestable comme peuvent l'être quelques clichés récurrents (non tous les taxis de Marseille ne sont pas bourrés au Pastis du matin au soir)

@ Eric
Puisque vous vous êtes déplacé pour des raisons professionnelles et que vous êtes une personne a priori qui sait s'organiser, pourquoi ne pas avoir opté pour une réservation de taxi, vous êtes sûr ainsi de choisir un artisan taxi qui acceptera vos cartes bleues, parce qu'ils en existent beaucoup dont moi qui ne refusent jamais une CB !

Ce texte est un blog et n'a pas de vocation à généraliser une profession, je sais que l'intention de Valérie n'était pas de stigmatiser une profession, une petite ligne en ce sens aurait été apprécié

taxi marseillais a dit…

Si un jour vous avez besoin d'une voiture avec chauffeur sur Marseille
Appelez Moi! Il ni aura aucun soucis

Publier un commentaire