jeudi 3 juin 2010

Comment foirer ses projets?

Hello mes p’tits clous !!

Comme vous avez pu le constater, mon attention est quasi entièrement focalisée sur le monde du travail en ce moment, question de stress, réunions budgétaires, décisions unilatérales, toussa toussa...

Et non, je ne me plains pas de mon travail, ouh là là, pas du tout, tu penses.. D’abord, parce que j’en ai un, ensuite, parce que je gagne bien ma vie pour des horaires qui me permettent de voir les schtroumpfs matin et soir, le luxe ! Bon, pas des heures non plus, faut pas pousser mémé dans les orties, mais ça va quoi. Puis on est bien traités, on est au chaud, le café est dégueu pas cher, on peut aller faire du sport à midi si on veut, enfin globalement, c’est plutôt bonnard.

Mon boulot, c’est de faire tampon Gex entre des gens qui me donnent du boulot (appelés de manière générique les « clients »), et des gens que je dois faire bosser (les « prestataires »), et puis d’obéir à ma hiérarchie qui a ses propres objectifs, et accessoirement, de prendre les coups quand ça ne marche pas. Quand ça marche, par contre, c’est dans la normalité des choses, très rarement de « merci, super, c’est top, youpi, j’te paye un coup ? ».

Officiellement, ça s’appelle « responsable SI ». SI, pour Système d’Information, mais surtout « SI » parce que « NON », c’est un gros mot dans mon boulot. Je n’ai le droit d’être méchante qu’avec les prestataires que j’utilise. Ca tombe bien, ce n’est pas trop dans ma nature la méchanceté. J’en ai d’autres des défauts, mais pas celui là.

Autant vous dire que des manières de foirer un projet au boulot, j’en ai vu de nombreuses, depuis le temps que je traîne dans le métier.

Mais il y en a certaines qui reviennent de manière récurrente, je vous ai fait une top liste en essayant de rester générique pour que ça serve à tout le monde :

  • Avoir un projet mais pas de budget :
Assez typique, on s’emballe, soyons fou, il faut décrocher la lune, les anneaux de Saturne, et tout ça pour hier mais QUOI ça coûte de l’ARGENT en plus rhaaa arghhhh c’est quoi cette arnaque bon j’te donne 10 balles va t’acheter un paquet de bonbecs et tu me fais ça sur un coin de table allez soit sympa s’teplait s’teplait s’teplait...

Variante : avoir un budget, mais pas de projet. Si, ça arrive. On avait prévu trop large, ce serait dommage de virer tout cet argent, on risque de nous filer moins l’année prochaine, si on faisait quelque chose, je sais pas moi, vous avez une idée ?? Et le pire, c’est que t’as pas le droit de te commander la dernière Mercedes. Trop injuste.
  • Impliquer le plus d’acteurs possibles, chacun ayant des objectifs différents et sans partage clair des responsabilités.
Ca c’est une manière systématique de tout planter. Surtout si tu choisis, de préférence, des directions qui ne s’aiment pas entre elles, avec de croustillantes vieilles rancunes, des non-dits, des personnalités fortes de chaque côté, un soupçon de politique, et un déséquilibre de fait entre les contributions et les objectifs de chacun. Par exemple : une direction qui a tout l’argent et qui veut une application qui lui fasse tout, t’as juste à appuyer sur un bouton, puis on s’en fout que ça coûte du pognon, et une autre qui a juste besoin d’un fichier Excel amélioré. Si tu veux être bien sûr que ça n’avance pas, tu fais un « comité de pilotage » transverse, une fois tous les trimestres, qui est le seul à pouvoir entériner les décisions. Et si tu veux vraiment rigoler, tu rajoutes des données confidentielles et une pointe de juridique. Fou-rires (nerveux) garantis.

  • Avoir un client non présent
Informatique c’est un gros mot pour la plupart des gens. Le « client » estime parfois, en toute bonne foi, qu’il t’a donné toutes les billes quand il t’a filé trois idées en 5 minutes en te croisant à la cantine. Ensuite, tu dois te débrouiller entre ce point et la livraison du produit final, en temps et en heure, qui doit être conforme à 100% à ce qu’il avait imaginé et sans bug. Il faut savoir que les informaticiens, quand ils n’ont pas d’infos, inventent. Et franchement, il vaut mieux ne pas les laisser inventer… Si tu ne veux pas te retrouver avec un bousin qui fait certainement très bien tout plein de trucs, mais pas du tout ce que tu avais imaginé.
  • Choisir un mauvais prestataire pour réaliser le projet
Ca aussi c’est un cas de plantage en règle. En gros tu as deux choix :

- soit tu prends une petite boite qui n’a pas les épaules pour ton projet
- soit tu prends une grosse boite qui n’en a rien à faire de toi

Prenons un exemple concret : tu veux parti en vacances !

Tu peux choisir de prendre : la petite agence de voyage que tu ne connais pas, qui fait une méga promo sur la Crète, avec le risque d’avoir un charter qui te fasse faire trois fois le tour du monde avant d’arriver à destination, un hôtel pas vraiment conforme au descriptif et une agence qui met la clé sous la porte pendant tes vacances, te laissant en plan à Heraklion, à toi de te débrouiller par tes propres moyens pour rentrer.

Ou alors, tu prends le numéro 1 sur le marché, une agence à tous les coins de rue, un tarif plus élevé. Tu sais que globalement tu as une assurance sur le déroulement du voyage et le retour. Par contre, si tu as une réclamation, tu peux poireauter des heures au téléphone, envoyer des lettres recommandées avec accusé de réception, ils s’en battent. Tu n’as aucun moyen de pression, oh pauvre petit client.

Alors pour choisir, tu fais confiance à ton intuition, ce qui veut dire en gros que tu fais plouf, plouf, c’est toi qui sera mon prestataire, un … deux ...trois…

Ou alors, tu te bases sur des critères beaucoup moins professionnels, esthétiques par exemple. C’est toujours ça de gagné, au moins même si le projet est foiré, tu auras passé quelques mois agréables.

Et surtout, surtout, jamais tu ne choisis un tel parce que c'est le copain d'une telle, ou parce que la boite en question t'as offert un séminaire de travail tous frais payés aux Maldives. Jamais. Et si, on peut travailler aux Maldives. Il parait.
Ces petits conseils foireux peuvent être appliqués dans la vie de tous les jours, bien sûr!!

A bientôt mes p'tits clous!
Partager
Free Photo Bank

5 commentaires:

Flooe a dit…

j'ai comme l'impression que t'est un peu ne mode blasée !! :D

Eric a dit…

On bosserait pas dans la mêem entreprise par hasard ?
Sinon, c'est quoi tes autres défauts ?

bbflo a dit…

oh purée, je me suis revue lorsque je bossais dans un bureau, il y a quelques années... une boîte américaine, et à tout ce que tu as cité, il fallait ajouter les différences de visions entre les américains (les boss) et nous !

Mariedk a dit…

ma petite entreprise... je ne jure que par elle et quand je lis ton article, je me dis que nous avons vraiment pris la bonne décision en 2004. Travailler en couple, depuis chez nous et pour nous... le pied total !!!

Valérie a dit…

@flooe: à quoi tu vois ça??? :D

@Eric: je sais pas, tu bosses où? :D
Sinon, mes défauts: je suis égoiste, maladroite, chiante parfois, pointilleuse, je sais pas dire non, ni être super à l'aise en public et euh... allez ça va suffire comme ça le reste une autre fois :D

@bbflo: ah non moi c'est une boite française, c'est déjà ça ;)

@marie: c'est vrai... maintenant, je ne suis pas sure de pouvoir bosser toute la journée avec mon mari, j'aurai l'impression de ne rien avoir à lui dire le soir, et j'aime bien aussi avoir mon monde à moi, séparé du sien ;)

Publier un commentaire