mercredi 17 mars 2010

Liberté, liberté chérie

Bonjour mes p'tits clous!!

Spéciale dédicace en intro à la part féminine de mon lectorat, j'ai une petite astuce régime dont je tiens à vous faire part parce que c'est très efficace, que ça ne coûte quasi rien et vu qu'il faut bien penser à vos maillots de cet été (OK j'ai un petit peu d'avance sur la presse féminine, mais ça va venir), voilà j'suis sympa je partage quoi..

Très simple, on grossit parce qu'on mange trop par rapport à ses besoins, pour mincir il faut donc manger moins (principe de base des régimes).

C'est là que le bât blesse, parce que la motivation est difficile à trouver et à maintenir sur le long terme pour des résultats souvent décevants.

Mais, mesdames et mesdames, j'ai pensé à vous pour vous aider dans cette lutte quotidienne: il suffit de trouver quelque chose qui vous détourne de la nourriture!!

Mise en situation: vous préparez le repas du soir pour toute votre petite famille, chantonnant dans la cuisine "be-bop-a-lulla, she's my baby" (ou ce que vous voulez d'autre, je n'ai pas de préférence), virevoltant entre l'évier, les plaques de cuisson, le frigo, le plan de travail. Bien.

Au menu ce soir, petite salade, oeufs au plat.

C'est alors que vous sortez votre ARME SECRETE du frigo: l'oeuf FECONDE sans que vous le sachiez, avec un authentique amas de cellules sanguinolentes gros comme un pois chiche et des bouts de trucs pas nets de ci de là.

Vous cassez votre oeuf sans vous douter de rien, et le versez dans la poële. Et là, effet garanti, vous n'avez plus, mais alors plus DU TOUT faim.

Et hop! Gerflor!
Merci qui? Vous penserez à moi sur la plage cet été!!

En fait, le sujet du billet d'aujourd'hui est tout autre. Je souhaitais vous parler de la notion de liberté.

J'ai découvert récemment dans un bouquin que cette notion est toute relative. Pour faire simple et résumer en très très gros, souvent, plus on se croit libre de faire quelque chose, moins on l'est.

Brrrrr. Ca fait froid dans le dos. Le choix de la jolie couleur "coton" (un sable clair) pour mon futur salon, imposé? Ou du moins, fortement orienté? On aura tout vu! Pour la peine, ça me donne envie de tout peindre en bleu canard. Sauf que c'est moche, quand même.

Le bouquin qui m'apprend ça? ll s'appelle "le petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens". La notion de liberté est une sous-sous-sous-rubrique du livre, bien sûr, car le but de ce dernier est essentiellement de décortiquer , d'analyser et d'expliquer les plus grandes techniques de manipulation existantes. Elles sont plutôt cools d'ailleurs, sauf que mon mari est hermétique à la plupart d'entre elles, et que j'y suis au contraire grandement sensible. Enfin, maintenant au moins je suis prévenue, et si je veux faire des expérimentations je vais devoir choisir d'autres cobayes... Et non, je ne vous les détaillerai pas, vous avez qu'à acheter le bouquin d'abord!

Ces techniques, donc, reposent toutes ou presque justement sur cette notion de liberté qu'on croit avoir et qu'on n'a pas, grâce à laquelle on est totalement manipulé. Parce que le cerveau humain fonctionne de telle manière qu'une fois engagé dans un processus, une voie, un type de décision, il a tendance à persévérer. Un peu con sur les bords, quoi. Légèrement hein.

Et il y a pire. Le cerveau humain ne sait pas toujours pourquoi il fait les choses, ses motivations profondes, ce genre de trucs. Ca aussi ça peut être très facilement manipulé, on peut donner aux gens des raisons valables pour réaliser telle ou telle chose (ou même à posteriori, pour AVOIR REALISE telle ou telle chose), et non seulement ça les pousse à prendre ou à justifier cette décision, mais ces raisons, ces aspirations, ces valeurs deviennent les leurs!

Ce qui est terrifiant. Car du coup, quelle part de nous-même est vraiment nous? Sommes nous gentils, attentionnés, honnêtes, serviables, intelligents, doux, forts, courageux simplement parce qu'on nous a collé ces étiquettes? (ou méchants, indifférents, menteurs, égoïstes, cons, brutaux, faibles, poltrons, ça marche aussi hein).

Ca m'a donné envie de me cacher au fond de mon lit, de dire merde à tout le monde et de passer les six prochains mois à me demander qui je suis.
Et puis bon, j'ai pas trouvé le temps, j'ai déjà pas celui de poser mes vacances, alors pour une dépression authentique, imaginez! Alors j'ai intégré les techniques et j'ai décidé de m'en servir à mon avantage.

J'insisterai donc régulièrement sur le fait que mes différents interlocuteurs hiérarchiques sont très GENEREUX dans tous mes échanges avec eux, et parfaitement LIBRES de m'accorder une augmentation.

....
....
....

Ou pas.....


Mais pourquoi les managers connaissent-ils déjà toutes ces techniques????? C'est vraiment trop injuste!

A bientôt mes p'tits clous!

PS: Et pour vous, un petit coup d'antidictionnaire aujourd'hui:

cocasserie: rien à voir avec une usine de conditionnement de boisson gazeuse américaine...

Partager

Photos Libres

3 commentaires:

Eric a dit…

Oui on est totalement manipulé, même que dans un faux jeu télé des gens en arrivent à en tuer d'autres !
Pour se défendre des Valérie qui veulent utiliser ces techniques à leur avantage il y a le "petit cours d'auto défense intellectuelle" du Québequois Norman Baillargeons, que je recommande !

Valérie a dit…

@Eric : et oui, j'ai sorti mon article un jour trop tôt, c'est ça d'être en avance sur son temps... ;)

Hélène a dit…

J'ai aussi pensé à l'émission d'hier soir ...
Nos choix sont toujours guidés à des degrès divers : influence du groupe, de notre histoire ... Et toute communication est une tentative d'influence.

Publier un commentaire